La médiation familiale de quoi s'agit-il ?

La médiation familiale traite des conflits qui surviennent principalement dans le couple lors d’une séparation ou d’un divorce.  Les questions à régler dans ces situations souvent conflictuelles et sont hautement émotionnelles, en particulier lorsqu’il s’agit du sort des enfants ou des questions  financières. La médiation permet aux parties de retrouver le dialogue nécessaire, une certaine quiétude et une sécurité dans les relations. La médiation peut aborder les questions liées aux relations personnelles parents-enfants (autorité parentale, garde, garde partagée, droit de visite, relation de co-parentalité, etc.), mais également  celles liées aux conséquences financières d’une séparation ou d’un  divorce dans la fixation de l’entretien de la famille (contribution d’entretien).

Le médiateur peut assister le couple dans la rédaction d’une convention réglant les modalités de la séparation voir des effets du divorce.  

La médiation familiale peut également porter sur des litiges entre parents-enfants-adolescents-jeunes adultes-frères et soeurs-grands-parents, 

La médiation familiale permet de  rechercher des solutions partagées dans un contexte amiable et respectueux, tout en favorisant la communication entre les parties. Les solutions visent à organiser la famille de manière différente en tenant compte des besoins et des intérêts de toutes les parties.

Domaines de la médiation familiale :

  • attribution de la garde sur les enfants
  • fixation du droit de visite
  • problème de co-parentalité
  • conflit avec des adolescents
  • établissement des budgets de la famille
  • entretien de la famille (conjoints, enfants)
  • entretien des enfants majeurs
  • liquidation du régime matrimonial
  • conflit de génération
  • adoption
  • famille recomposée
  • lieu de vie et scolarisation des enfants
  • principe d’éducation des enfants
  • violence conjugale

Processus

La médiation peut être menée en tout temps dès l’émergence d’un conflit potentiel. Elle peut donc être initiée avant une procédure judiciaire, durant la procédure, qui sera suspendue le temps de la médiation, ou encore après la fin d’une procédure, si les décisions ne semblent plus adéquates et ne correspondent plus à la situation actuelle. La démarche de médiation est en principe volontaire et implique la participation active des parties. La médiation favorise le dialogue, dans un climat de respect mutuel.

Le processus de médiation familiale prévoit, en premier lieu, la conduite d’entretiens individuels, puis, dans un deuxième temps de réunions communes permet de tenir compte de toutes les facettes du conflit.  Le processus de médiation met l’accent non seulement sur les besoins des parties, mais également sur leurs ressentis et les intérêts de chacun. Il facilite ainsi par la communication, la parole, l’écoute et la négociation, la recherche de solutions partagées. 

La médiation est également proposée, voire ordonnée, par le Tribunal matrimonial ou l’Autorité de protection de l’enfant et de l’adulte (APEA). Dans ce cas la procédure judiciaire est suspendue le temps de la médiation.  Les accords (convention de séparation, convention de divorce) pourront ensuite être déposés auprès du tribunal compétent pour ratification. Le médiateur pourra s’assurer – éventuellement avec l’aide d’un  avocat – que le contenu de la convention est conforme au droit et ne comporte pas de clause contraire à la loi.  Même si les solutions doivent émaner des parties elles-mêmes il n’est pas exclu que leurs avocats participent à la médiation.